Fleurir en liturgie,
- c’est un regard nouveau.
- c’est ouvrir à la simple beauté.
- c’est remarquer et faire voir dans la nature ce qui germe, ce qui s’épanouit, ce qui meurt, ce qui renaît... dans la diversité.

Fleurir, c’est accomplir une action, être en « service », attirer l’attention pour désigner le Tout Autre, donner l’envie de Le rencontrer. En Liturgie, la composition florale aide à « entrer en Liturgie » pourvu qu’elle donne sa juste note à sa juste place... Mais il faut toujours garder à l’esprit que : « Rien de tout ce que nous faisons, nous dans la Liturgie, ne peut apparaître comme plus important que ce que fait le Christ, invisiblement, mais réellement par son Esprit. » Jean-Paul II

Nous sommes ensemble, serviteurs de cette action du Christ. Chacun doit attirer sans retenir : le président, les lecteurs, l’animateur... le bouquet...

Les fleurs sont là ; elles disent la Terre où nous vivons, le pays d’où nous sommes. Elles disent le temps, les saisons, les rythmes de la nature.

Les fleurs, c’est la Vie qui entre dans l’Eglise, tantôt l’ordinaire, tantôt le festif de nos vies selon les temps liturgiques, la parole de Dieu proclamée, les circonstances. Elles m’aident à dire, à me dire la Vie que je vis ici, maintenant. Elles me disent surtout quelque chose d’essentiel qu’il ne faut cacher à aucun prix avec des éléments extérieurs à la nature !

C’est la précarité, l’éphémère, mieux la fragilité.

La vie est magnifique mais tellement fragile ! Pensons à un jeune couple devant leur premier enfant qui vient de naître de leur amour : quel jaillissement mais comme c’est fragile ! La Vie, c’est fragile.

Elles nous parlent de la Création.

Elles nous parlent de la Vie... mais aussi de la Mort.

Belle aujourd’hui, fanée demain... pour renaître du fruit qu’elle nous aura donné.

Pensons au Psaume :« Dès le matin, c’est une herbe changeante ; elle fleurit le matin, elle change, le soir elle est fanée, desséchée. » (Ps 89)

 Groupe de Dompierre-sur-Yon

Cinq équipes fleurissent l’église de Dompierre.

JPG - 42.8 ko
      • Michelle RABAUD - Jeannine MARATIER
      • Marie-Yvonne FAIVRE - Bernadette ARRIVE
      • Denise MAINDRON - Arlette GILBERT
      • Marie-France RAFFIN - Françoise VOISIN - Marie-Annick GOUIN
      • Odile VEZIN - Jeanne GIRAUD

 Fonctionnement

Chaque semestre, un calendrier est établi où chaque équipe est prévue pour deux semaines consécutives. Le fleurissement est fait le samedi matin ou la veille des fêtes religieuses. Chaque groupe dispose de ses fleurs ou feuillages personnels. L’achat de fleurs est assez rare. Pour les mariages, les équipes n’interviennent qu’à la demande des familles.

Quelques exemples de compositions florales

 Contact

Michelle RABAUD - La Prévoisière - 85170 DOMPIERRE-SUR-YON

Tél : 02 51 07 55 02 et 06 16 08 15 52

JPG - 954 octets

 Groupe de La Ferrière

JPG - 45.9 ko

Dix personnes réparties en 5 équipes fleurissent l’église de La Ferrière :

Equipe 1 Equipe 4
Marie-Jo FUMOLEAUMarie-Thérèse BRETIN
Mélina ENFRINYolande ROUSSEAU
Equipe 2 Equipe 5
Marie-Thérèse LAURIOTRachel GIRARDEAU
Marie-Madeleine JOBARDFrançoise COUTAUD
Equipe 3
Monique DEBIEN
Maryvonne MARGALE

 Fonctionnement

  • Les idées personnelles sont enrichies par l’utilisation des revues du CNPL et du site de l’abbaye de Tamié sur Internet. par ailleurs, plusieurs personnes du groupe ont reçu une formation au Centre spirituel de Chavagnes.
  • Les onze personnes se retrouvent au Presbytère en début d’année pour établir le calendrier. Aux grandes fêtes, l’équipe de service, avec quelques personnes, recherche des idées, les harmonise et commande des fleurs, si besoin.
  • Chaque équipe de service prévoit en fin de semaine une cueillette de fleurs et de feuillages avant de faire les bouquets à l’église pour le dimanche. Elle en assure le suivi durant la semaine et nettoie les vases.
  • Le fleurissement de l’église à Pâques et à Noël demande beaucoup d’énergie et de disponibilité, mais c’est une grande joie !

 Contact

Marie-Madeleine JOBARD - 85280 La Ferrière

JPG - 954 octets

 Carême

Du 1er Dimanche de Carême au Dimanche des Rameaux
-  Le Carême : temps du désert, temps de conversion et d’attente de l’Evènement pascal. C’est pourquoi, on utilise des bois morts, mais aussi un discret fleurissement, de préférence en fleurs sèches.

 Le désert

 La Transfiguration

 La conversion

 L’amour du Père

 Le pardon du Père

 Le dimanche des Rameaux

 Le jour de Pâques

Galerie image