Autres articles dans cette rubrique

Accueil du site || Paroisses || Saint Jean XXIII || Histoire et patrimoine || ÉGLISE SAINTE BERNADETTE
C’est dans un nouveau quartier en expansion à partir des années 1960 qu’est né le projet d’un nouveau centre religieux catholique (Forges, Branly, Cité des Fleurs…) avec un désir de proximité pour ces nouveaux habitants coupés de la ville et de l’église du Sacré-Cœur par la ligne de chemin de fer.

Des réunions ont eu lieu avec l’abbé Terry Wilzeck, curé du Sacré-Cœur, des techniciens, des membres du comité paroissial en 1963. Un terrain disponible et suffisant bien situé au cœur du quartier doit donner satisfaction.

L’abbé Terry joue un rôle moteur pour aller de l’avant, prendre des contacts, susciter dons et prêts, recueillir l’accord de l’évêché.

Jean Parois, architecte à Nantes dresse un bâtiment surtout fonctionnel pour 700 personnes. Le permis de construire est accordé le 27.06.1963. La construction en béton banché est réalisée au cours de l’année 1964 par l’entreprise Naulet de La Roche Sur Yon. Les vitraux sont exécutés et posés par la maison Van Guy de Tours.

JPG - 145.1 ko
église Sainte Bernadette, quartier des Forges- la Roche sur Yon
rue Primevères

Trois cloches venues d’Algérie (Tizi Ouzou, Aumale) sont installées en haut du clocher, dans l’angle sud-est de l’église par une entreprise de Trémentines.

Le début de célébration du culte a lieu en Janvier 1965. L’inauguration de l’église a été effectuée quelques jours avant par Mgr Cazaux, le 20 décembre 1964. A cette occasion, il a confirmé 122 filles et 114 garçons. L’église était bondée avec 800 à 900 personnes. Le 12 septembre 1965, les cloches sonnent pour la première fois.

De nombreux travaux d’aménagements et de décors restent à réaliser dans l’église, au rez de chaussée et dans les salles au sous-sol. Durant bien des années, des équipes de bénévoles apporteront leur concours et leur compétence pour les travaux les plus divers à l’intérieur et à l’extérieur.

Il existe un vrai dynamisme d’une communauté jeune très unie autour de ses prêtres d’influence Concile Vatican II.

Après 1970, pour permettre une meilleure participation de l’assistance, on adopte un nouvel emplacement de l’autel, que l’on installe au centre du mur Nord avec les bancs tout autour. En 2003, nouveau changement. L’autel est déplacé dans l’angle nord-sud. L’ancien chœur est aménagé en baptistère.

Les messes du dimanche sont très suivies : gens du quartier mais aussi personnes venues des villages et bourgs voisins. Jusqu’au milieu des années 80, on remarque des équipes engagées, militantes, avec l’esprit Vatican II, très ouvertes sur la vie du quartier et le tiers monde.

Des prêtres diocésains assurent le ministère de 1965 à 1968, puis arrivent les missionnaires de la Plaine qui vont être très présents et très actifs dans le quartier et dans la communauté. On peut rappeler avec reconnaissance le passage de Robert Courgeaud, Michel Dubois, Clément Pichaud, Maurice Dugué.

Sainte Bernadette qui avait été prise en charge dans les débuts par la paroisse du Sacré-Cœur a fonctionné peu à peu comme une paroisse autonome (baptêmes et mariages à partir de 1971 ; sépultures à partir de 1974 ; gestion autonome depuis 1980).

A partir de 2002, les missionnaires de la Plaine cessent leur ministère à Sainte Bernadette et ce sont des prêtres diocésains qui prennent la relève. Désormais, Sainte Bernadette avec Saint Hilaire et le Sacré-Cœur forment la Paroisse Jean XXIII, administrée par un curé résidant au Sacré-Cœur.

JPG - 64.9 ko

On peut noter in fine, en le regrettant, une certaine érosion de la ferveur et du dynamisme des débuts, des assistances plus faibles, un moindre intérêt pour le religieux. On est à la veille de changements nouveaux à Sainte Bernadette. Il y a toujours des gens qui espèrent et se dévouent pour que la flamme demeure et se ravive.

Galerie image