Autres articles dans cette rubrique

Histoire et généralités

JPG - 164.7 ko
église Saint Pierre, Les Clouzeaux
Les Clouzeaux

La paroisse des Clouzeaux relève du service des moines bénédictins de Talmont dans la seconde moitié de l’an mille, mais ce n’est qu’au début du XIV° siècle qu’apparait l’église St Pierre. Constituée d’une nef simple sans transept qui se rétrécit à l’entrée du Choeur, l’église possède alors deux Autels, l’un consacré à la Vierge Marie et l’autre à St Nicolas. Le clocher mesure au maximum cinq mètres à gauche du Choeur. Il se présente comme une tour carrée. De cette époque ne subsiste que la nef.

Un ouragan le 19 mars 1861 fragilise le clocher et la toiture, à nouveau ébranlés le 11 janvier 1866 de la même manière.

Une restauration en 1871 consolide le mur de l’entrée Ouest qui est la façade actuelle, et la flèche ; un crépi est appliqué.

L’année 1878 voit les deux cloches remplacées : Une est fendue, l’autre suite à un défaut de fonte ne vibre pas comme elle devrait. Choix est fait de passer commande à l’Atelier ASTIER à Nantes. Les trois cloches prénommées « Mélanie Ernest » (620kg500), « Marie-Dominique » (480kg500) et « Pierre-Marie » (318kg) seront bénies par Monseigneur Nicolas C.J. CATTEAU, évêque de Luçon (1877-1915). Elles seront déposées au pied du clocher qui sera supprimé après la chute d’une de ses fenêtres dans le Choeur en 1948, le 7 janvier. Elle seront électrifiées en 1961 et battent toujours aujourd’hui au rythme des célébrations. Une sculpture des frères MARTEL se trouve juste à côté.

JPG - 172.1 ko
Cloches St Pierre Les Clouzeaux

En 1921, le cimetière accolé traditionnellement au mur Nord est transféré à la sortie du bourg, route de la Génerie.

L’Agnus Dei, l’Agneau à l’étendard bien qu’atténué par les intempéries et les ans se devine sur une pierre encastrée dans le mur Nord, vraisemblablement très ancienne. Vous avez reconnu une figure christique. Ce symbole orne également la clef de voûte à l’aplomb de l’Autel.

Tandis que des scènes des évangiles et des actes des apôtres illustrent les vitraux Sud et Nord, dans ceux du Choeur Dieu-Père surplombe dans une rosace la colombe de l’Esprit-Saint dans un cercle ; ce dernier descend sur le Christ qui tient le livre de l’Alpha et de l’Oméga. St Paul à l’épée et St Pierre aux clefs l’entourent.

Sur la façade Ouest le soleil couchant illumine le soir la rosace du Christ qui tient le livre de Vie. Ourlant sa mandorle de gloire, deux locutions latines nous rappellent que nul ne vient au Père que par Lui, et qu’il est la Voie, la Vérité, la Vie.