Autres articles dans cette rubrique

Histoire et généralités

JPG - 169.3 ko
église Saint Denis, Thorigny
Thorigny

De schiste et de granit, cette église du XIII° apparait comme massive sur sa grande place. L’effet en est dû à sa tour dont la flèche abattue par une tempête en 1911 prolongeait le clocher. Il est orné à son sommet de nombreux modillons dont les faces d’hommes et d’animaux parfois expressifs nous parlent des différents sentiments qui nous agitent.

Une stèle ou une pierre tombale orne un massif de fleurs au sud. Un blason et une épée semblent indiquer une noble et chevaleresque origine.

JPG - 254.1 ko
Pierre tombale Thorigny

La dédicace du lieu est un héritage de la dévotion à Saint-Denis, évêque qui prêcha en Gaule et fut décapité avec d’autres chrétiens à Montmartre (Mont des martyrs) alors hors des murs de Lutèce (Paris). L’histoire miraculeuse rapporte même qu’il se releva, prit sa tête et l’apporta à quelques kilomètres au pied d’une chrétienne qui l’enterra. Le lieu de culte prit un essor certain grâce à la piété populaire. L’édification de la première basilique au V° siècle par Ste Geneviève sur la tombe du Saint permit la naissance d’un pôle chrétien où furent inhumés de nombreux rois de France.

Dans l’église de Thorigny, un fragment d’os de St Denis marque dans un reliquaire la présence spirituelle de l’évangélisateur des Gaules. Les agitations des guerres de religion ont dégradé les armoiries sculptées, en 1568 . Il est même question que le bâtiment servit de lieu de culte à la déesse Raison, à la révolution...

Les vitraux du martyr de St Denis datent de 1935 et ont été réalisés par les établissements « Janin ».

La séparation du choeur et de la nef est très marquée : c’est la traditionnelle séparation ailleurs encore visible sous la forme de boiseries claustrales, de jubés ou de « poutres de gloire » ; vestiges d’une époque où les catéchumènes restaient au fond de l’église en attendant le baptême, première marche de l’initiation chrétienne.

Surplombant l’autel, la statue du Saint nous accueille en habit d’évêque, mitre sur la tête et crosse à la main.